Les dessous de la Vente à domicile #1

Depuis quelques jours, j’ai le clavier qui frétille. J’ai envie de vous parler d’un sujet en particulier mais je sais pas trop si je peux. J’ai peur qu’il fasse du tort à certaines personnes de mon entourage, des amies, j’ai peur des conséquences même de l’article en lui-même sur mes relations amicales. Et puis c’est vrai, depuis une semaine on parle de liberté d’expression et finalement, Charlie lui-même n’a jamais eu peur des représailles par rapport à son journal. Pourquoi aurais-je peur de mon blog ou de la vérité que je suis sur le point de vous dévoiler ?

Allez c’est parti, je me lance.

Vous savez (peut être) que je suis vendeuse à domicile depuis septembre 2013. Depuis septembre 2013, je vis au rythme d’une société que j’ai très largement adulé, grâce à qui j’ai fait de super rencontres, et qui m’a beaucoup aidé à faire un métier que j’ai découvert et qui m’a énormément apporté.

(Voyez à quel point je ne lésine pas sur le nutella).

La Vente à Domicile c’est fantastique. Si on parle purement « job », ça créé de l’emploi, ça apporte un complément de revenu pour ceux qui en ont besoin, ça permet de se réaliser personnellement et ça ouvre des portes (si! si!). (On rajoute un peu de chantilly sur le tout) (c’est bon la chantilly)

SEEDBEES

La vente à domicile rencontre un succès grandissant en France et toutes les sociétés s’affrontent sur un même terrain et avec plus ou moins les mêmes règles. Elles recrutent et forment des ambassadrices, qui recrutent et forment d’autres ambassadrices et ainsi de suite. Le statut des ambassadrices est celui de « VDI » (Vendeur à Domicile Indépendant) et est en grandes généralités régi par les règles de la Fédération de la Vente Directe.

Que l’on parle de lingeries, de sextoys, de produits ménagers ou de bijoux, même si les statuts peuvent parfois être différents, on travaille toutes dans le même monde.

(Toutes les sociétés de VAD se ressemblent, mais n’ont pas toutes les mêmes fonctionnements. Je ne fais pas ici de grosses généralités. Je constate juste ce que j’ai pu voir sur les forums, les groupes ou de par ma propre expérience)

La vente à domicile c’est un monde. Un vrai. Et un monde de filles. C’est aussi beaucoup de promesses à « l’embauche. »

Promesse numéro 1 : Vous lancer ne vous coûtera rien !!!

Quand on se lance dans la vente à domicile, on a souvent besoin de produits pour faire nos démonstrations.

De très très rares sociétés vous « prêteront » les produits contre un chèque de caution qui ne sera jamais encaissé.

D’autres vous diront, oui le kit est payant, mais il ne vous coûtera rien !

Qu’est ce que ça veut dire ? Ça veut dire qu’il faudra quand même que vous déboursiez de l’argent pour ces produits (parfois moins cher que leur valeur) mais que vous aurez possibilité de vous le faire rembourser. Comment ? Tout simplement en réalisant un certain montant de vente dans vos premiers mois d’activités.

Le montant est variable. A première vue, pas trop élevé. La personne qui recrute vous dira « c’est très largement réalisable » et les autres ambassadrices aussi. Sauf que la moitié d’entre elles n’auront pas réussi à se faire rembourser ce montant car les premiers mois c’est dur mais elles n’oseront pas vous le dire, pour ne pas vous décourager.

Et ça c’est uniquement pour vous lancer.

Pour votre activité, il vous faudra encore investir un peu d’argent.

Pas forcément pour d’autres produits (normalement, votre kit de départ est censé être suffisant), et quand bien même, c’est pas de chance, un nouveau catalogue venait à sortir avec des nouveaux produits, il vous faudrait à un moment ou à un autre investir. Parce que bon, vos clientes réclament des nouveautés, elles ne savent pas forcément que vous devrez tout payer de votre poche. Ou au moins ce que vous aurez durement gagné lors de vos ventes. A ce moment-là, vous devenez cliente de votre propre patron. C’est beau ça hein. C’est normal finalement. Toutes les sociétés n’ont pas la notoriété de tupperware et les moyens qui vont avec ….

1958 TUPPERWARE HOME PARTY

Vous avez décidé de ne pas acheter d’autres produits ? Tant mieux. C’est votre choix après tout, vous êtes IN-dépendante. Vous êtes votre propre patronne. Ou en tout cas votre propre gérante. Mais pensez à calculer pour vos frais d’essence, d’emballage, vos cartes de visite (personnalisées) ou juste vos cartouches d’encre pour tous les documents que vous imprimerez. Mais ça encore, c’est seulement si VOUS le décidez. On vous répétera que vous n’avez pas besoin de tout ça car il vous suffit juste de vendre.

Promesse numéro 2 : Tu vas gagner beaucouppppp d’argent !

C’est peut être LA promesse la plus alléchante. Pour avoir cottoyé la vente à domicile à de plusieurs reprises et un peu dans tous les domaines, c’est partout pareil. On nous présente une success- story. La fille qui gagne 3.000 € par mois, qui s’est offert une nouvelle voiture (ou a défaut que la société lui a offert) ou même qui s’est payé une baraque (si si véridique je l’ai entendu !!). C’est beau. Ca pourrait être nous. On est lucide, on pense bien que c’est quand même pas tout le monde. D’autres le sont moins. Car pour arriver à ces chiffres, comptez quand même une bonne année gros minimum de pratique de la Vente à domicile + le recrutement d’une équipe de 50 personnes (j’exagère un peu) qui auront recruté eux même 20 personnes, qui auront eu même recruté etc. Et tout ça en un an. En ayant (évidemment) quitté votre travail pour faire ça à plein temps, renoncé aux samedis avec les copines et aux dimanches en famille.

La tête sur les épaules ? Vous aimeriez gagner combien ?

Ne soyez pas trop gourmand quand même. La vente à domicile ça marche bien, ça rapporte. Mais il faut se donner les moyens de réussir et savoir faire quelques sacrifices comme par exemple laisser les enfants à son mari pour aller en formation/ en réunion.

Promesse numéro 3 : Tes amies te doivent bien ça ! Appelle les !!

Quand on débute dans la vente à domicile. C’est la première crainte que l’on peut avoir. Comment trouver ses clientes ?

Dans toutes les sociétés de vente à domicile, on vous proposera alors d’écrire sur un bout de papier une liste de nom. Tous les gens qui vous passent par la tête. Ensuite ces gens il va falloir les appeler. Leur expliquer que vous avez besoin d’eux pour débuter. S’ils sont sympa, ils vous prendront une réunion. Au pire, ils le prendront mal et vous pourrez tirer un trait sur leur amitié (ça m’est arrivé !). Le plus dur c’est la transformation ami en client. Je me souviens de la première fois ou j’ai été vendeuse à domicile. C’était pour les produits AVON. J’étais super jeune et encore plus timide que je ne le suis aujourd’hui. Mes seules clientes étaient les amies de ma maman ou les femmes du quartier qui me faisaient des commandes pour me faire plaisir. Au bout de 3 mois, je me suis retrouvée avec mes produits sur les bras, à ne plus arriver à rien vendre. Trop timide pour sortir de ce cercle, trop timide pour aller faire du porte à porte, trop timide pour demander à ces femmes de m’aider à trouver d’autres clients. Je me suis littéralement cassé la binette, car les produits étaient achetés et je ne pouvais plus les vendre.

Alors les amis oui, mais à petite dose. Sortez vite de vos cercles de « confort », vos clientes ne sont pas la quoi qu’on en dise !! Et surtout lancez vous seulement si vous connaissez du monde et si vous avez assez de niak pour en rencontrer encore plus !

img_deco_devenir_conseillere

Promesse n°3 : La société est le leader sur le marché ! On est les meilleurs !

Je crois que c’est ce qui m’a le plus choqué dans ce monde et une des principales raisons pour lesquelles je l’ai quitté.

C’est assez incroyable mais chaque société se croit leader dans son domaine. Chaque société se croit meilleure que l’autre, et tous les moyens sont bons pour combattre la concurrence. Certaines ambassadrices sont envoyées en sous marin dans les réunions de la concurrence pour copier les astuces. D’autres n’hésitent pas à cracher sur la concurrence. Et je ne vous cause même pas de l’animosité qui règne sur les groupes de VDI ou les forums entre les ambassadrices elles même. C’est à celle qui décrochera la réunion/la candidate/la vente/la place dans le salon VDI.

Faites le test. Rejoignez un de ces groupes et postez un message du genre « je voudrais me lancer dans la vente à domicile mais je sais pas quoi choisir ». Attendez une demi seconde, je parie que vous avez déja reçu 25 messages privés et votre publication aura reçu 50 commentaires tous copier-coller « ma société est la meilleure » et bla et bla

« Tu ne dois pas avoir peur de la concurrence, nos produits sont au top ».

Ce discours vous devriez l’entendre partout. Normal. En même temps, je dois bien avouer qu’aimer ses produits c’est un essentiel pour bien vendre. Mais de la à penser (et dire) que la concurrence fait de la merde ….

Promesse n°4: recrute et tu attendras des sommets !

L’objectif de toutes les sociétés  de VAD est de trouver des distributrices pour leurs produits. Comme c’est un métier « passion » généralement utilisé en complèment de revenu, il faut sans cesse rajeunir les équipes en recrutant de nouvelles ambassadrices. Il y a beaucoup de motivations qui peuvent conduire à vouloir monter et gérer une équipe et j’avoue que j’y ai pensé un moment.

Le problème, s’il y en a un, c’est que pour recruter il faut être sans pitié. Insister, insister et toujours insister auprès des recrues potentielles. Poster des messages, faire sa pub. Harceler ceux qui hésitent, et user de stratagèmes pour que la personne signe chez nous (et pas chez la concurrence).

Si je n’ai pas voulu aller jusqu’au bout c’est parce que je ne me sentais pas en accord avec ça. Je n’avais pas envie que l’on me repète toutes les semaines la même chose, ou encore de devoir mentir à mes recrues pour les faire signer.

Ce qui m’a un peu fait halluciner c’est que dernièrement je me suis retrouvée dans un guêt appens de recrutement d’une société dont l’objectif n’était clairement pas la vente. Car oui ça existe, et ça s’appelle le MLM. (Marketing Multiniveau). Mêmes promesses, mêmes ficelles, même règles. Je me souviens être ressortie, le cerveau limite « lobotomisé », mais tellement lucide que j’ai immédiatement pensé au mot « secte ». Ce que je me suis dit finalement c’est qu’après tout, ces société MLM ne sont pas si loin des shémas traditionnels de vente directe ….

Promesse n°5 : En réunion tu fais ce que tu veux !

Quand on se lance dans la vente à domicile, on a un statut de VDI. Vendeur à domicile Indépendant. Alors l’indépendance parlons en. Dans les textes, ça signifie que le vendeur à domicile est libre de son argumentaire, qu’il est indépendant sur ses horaires, ses méthodes de travail. Mais ce que l’on sait moins, c’est que cette indépendance a des limites. Car le Vendeur à domicile représente une société et qu’il a un contrat (sans subordination) avec cette société qui lui impose de respecter les valeurs de la société. Ainsi certaines sociétés n’hésiteront pas à fournir et imposer un discours tout fait à leurs vendeuses à dire en réunion.

Et attention à ceux qui voudraient appliquer jusqu’au bout cette indépendance, ils seraient vite rattrapés par leur monitrice/responsable, qui poussé par sa propre « responsable » se chargerait de remettre les choses au clair. Et attention à ceux qui ne respecterait pas l’image imposée par la société, il n’y a pas de licenciement mais on pourrait assez facilement vous pousser vers la porte …..

Alors oui on fait ce qu’on veut, mais dans les limites imposées par la société ….

Conclusion

Je me suis un peu lâchée. Je sais pas encore si je vais publier cet article. Pourtant si on recherche sur google les avis négatifs sur la vente directe, on en trouve peu. Les sociétés font t’elles le ménage ? Qui d’autre pour en témoigner ainsi ??

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laissez moi un commentaire !