Elle est la tout près. Je la sens. #laGrippe

Hier je suis allée chez le médecin pour une toux persistante et qui empirait depuis 2 jours. En général je n’aime pas trop laisser traîner les microbes et mon médecin le sait trop bien. C’est d’ailleurs pas la première fois que je vais le voir un peu trop tôt.

A ma grande surprise et alors que je n’avais pas d’autre symptôme, et qu’en fait je me sentais plutôt bien, il m’a annoncé la probable fameuse grippe, et que je serais fixée dés le lendemain soir de mon sort.

1778-virus-grippe-s-Apprendre qu’on va être malade comme tous ces gens, clouée au lit et tordue de douleur la veille que ça arrive, c’est plutôt unique comme sensation. J’avoue j’en ai ris, disant aux collègues hier soir en partant, « bon bah peut être à demain, à moins que je ne décède pendant la nuit ? ». Non c’est pas drôle. D’autant que la grippe a tué cette année et je ne devrais pas sortir des choses pareilles.

Et que feriez vous si on vous apprenais que pendant tout le week end qui arrive vous allez morfler ? Moi j’ai mis à jour mon boulot, au cas ou je ne revienne pas, que mes patrons sachent retrouver ou sont les choses, j’ai écrit un article tant que je pouvais encore, j’ai cuisiné (à moitié) pour mon chéri, parce que je sais que les prochains jours, c’est lui qui va devoir cuisiner pour moi. Et puis j’ai attendu. Guettant le moindre signe ou symptôme. La grippe, qui vous prend par surprise, moi j’y étais préparée.

Sauf que faut pas exagérer quand même je pétais pas la forme. Ma toux est douloureuse et gênante  J’ai mal partout à force de tousser et ça va pas en s’arrangeant. Quelque chose est la, qui veut sortir mais qui ne sort pas. Je couve quelque chose comme dirait l’autre.

Ce matin, lorsque j’ai ouvert un oeil, j’ai hésité à me lever. Je me sentais fatiguée mais après tout comme un vendredi. Pas de mal de tête en particulier, allez, on va tenir compagnie aux collègues en prenant bien soin de s’enduire de gel hydroalcoolique au moins toutes les 10 minutes.

Au retour de l’expédition sandwich, j’ai cru mourir tellement mes poumons me faisaient mal. Le froid et un pas accéléré m’ont tuée et j’ai mis un peu de temps à m’en remettre.

Et puis ça y est, elle est la. Je la sens. Je sais qu’elle plane au dessus de ma tête, attendant juste le moment pour me tomber dessus et déverser sa colère sur moi. J’ai résisté, j’ai ris d’elle. Maintenant c’est elle qui va rire de moi tandis que je m’enfonce un peu plus, frissonnante, dans les profondeurs de l’inconscience ….

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laissez moi un commentaire !