Encore une histoire de stagiaire

Aujourd’hui, je suis en rogne. Aujourd’hui je suis en colère. Aujourd’hui je suis ecoeurée.

Aujourd’hui, je ne vais pas vous parler mariage, mais de stagiaire. Alors tu sais j’en avais déja parlé une fois ici, mais cette fois ci c’est pas tout à fait la même chose.

Le stagiaire dont on parle est arrivé il y a maintenant 2 semaines. Les premiers jours ou il était la, on a tout de suite compris qu’il n’était pas comme tout le monde. Certains parlaient d’autisme, certains disaient qu’il était con, d’autres en avaient carrément peur.

La ou je travaille, les stagiaires ce sont ni plus ni moins que des boulets dont il faut s’occuper. En fonction de leur age, en fonction de leurs études ou du but de leur stage, on trouvera de quoi les occuper. Il faut bien souvent s’adapter, car il en vient de partout. Du stage de découverte de 3ème, au stage de futur – , en passant par les BTS et les stages d’étudiants de fac de droit, on voit de tous les styles.

Parfois on a des perles, et parfois on galère un peu plus. Avec le stagiaire du jour que nous appellerons Charles-Xavier (réfèrence geek oblige, vous comprendrez pourquoi), ça s’est passé un peu différemment.

stagiaire

Charles-Xavier est un élève de première année BTS, il présente bien et est tout timide. Il est tout jeune et n’a aucune expérience du monde du travail. Mais c’est pas la seule caractéristique que l’on relèvera.

Car Charles-Xavier a des tocs. Quand il réfléchis, il frotte ses mains sur son pantalon et finit le doigt sous le menton en relevant la tête. Il est lent car il vérifie souvent plusieurs fois ce qu’il fait. Il s’exprime dans un langage souvent un peu archaïque en employant des mots tout droit sortis d’un dictionnaire de Scrabble et socialement, il ne cherche à entretenir aucun dialogue. Il répond souvent aux questions sans relancer son interlocuteur.

A coté de ça, j’ai décelé chez lui une intelligence un peu camouflée. Alors que je vais me donner un repère que je trouve facile pour classer un document genre un nom, lui va chercher le repère le plus compliqué comme un nombre à 15 chiffres et va être capable en un coup d’oeil de repérer la différence.

Lors de son stage, il est passé dans plusieurs bureaux. Souvent rejeté à cause de ses tocs et de sa manière de s’exprimer, il est arrivé un moment ou plus personne ne voulait de lui. J’ai donc offert de m’en occuper. De lui donner quelques taches habituellement réservées aux stagiaires. Si une tache qui m’aurait pris 15 min, lui en a pris 3h, je n’ai relevé absolument aucune erreur dans le travail qu’il m’a fait.

J’ai pris le temps de lui expliquer un peu avec des mots d’enfants certains mécanismes de mon métier. Je l’ai fait réfléchir, participer, amené à se poser des questions. Un mode de formation dont je n’ai pas vraiment l’habitude car je suis plus du genre à parler qu’à faire participer. J’ai été extrêmement patiente avec lui et finalement plus je lui accordais de temps, plus ses tocs semblaient disparaître. Ça a été aussi très formateur pour moi au final car j’ai découvert un autre mode d’apprentissage.

Sauf qu’un jour, il a fallu se rendre à l’évidence. Une semaine avec moi à ne voir qu’un « morceau » du métier, c’était pas du tout enrichissant. Il était la en stage pour quelques semaines, il fallait aussi qu’il voie d’autres choses.

Les autres collègues ne voulant pas entendre parler de lui, j’ai finis par passer par le patron en lui disant qu’il fallait qu’il donne des directives. J’imagine que les dents ont du grincer mais voila que le stagiaire est à nouveau avec les collègues qui ne voulaient pas de lui au départ.

Entre temps, j’ai parlé de son cas à ma sœur. Étudiante en psychologie, elle a su tout de suite déceler le truc. Le stagiaire serait atteint du Syndrome d’asperger. Un petit tour du coté de Wikipédia (oui je sais…) et wow j’ai été absolument épatée. C’était tout à fait ça.

Souvent assimilé à de l’autisme, le syndrome d’asperger serait souvent – apparemment à tort – qualifié de syndrome de geek. Les caractéristiques principales en sont une grande intelligence pour un domaine précis, des relations sociales minimales et des gestes répétitifs comme des tocs. Wikipédia cite d’ailleurs ‘Sheldon Cooper‘ (Big Bang Théory) comme personnage de fiction atteint par ce syndrome.

The Big Bang Theory, Season Three

Je savais bien que le stagiaire nous cachait quelque chose. Ma curiosité me pousserait à lui demander en quoi il pourrait bien exceller mais vu qu’il est pas mal dans son monde, c’est assez difficile. A mon avis ça doit être un truc qui touche aux chiffres. Il est encore la pour un mois, il est encore temps de tenter de deviner.

Voila donc un stagiaire qui aura eu le mérite qu’on parle de lui sur mon blog.

Vous devez seulement vous demander pourquoi j’ai commencé cet article par cette phrase « Aujourd’hui, je suis en rogne. Aujourd’hui je suis en colère. Aujourd’hui je suis ecoeurée.« 

En fait c’est parce que ce matin même, j’ai entendu 2 collègues discuter. L’un d’elle avait fait une gaffe. L’autre lui a alors sorti « Ah ah t’as fait ton Charles-Xavier ». L’autre de pouffer de rire « Ah ah,  Charles-Xavier, la pire insulte qu’on peut sortir« . Bonjour, nous sommes dans une cour de récréation et nous avons 10 ans.

Encore il y a quelques minutes, une collègue me disait tout bas « mais il est con il sait même pas ce que c’est qu’une copropriété« . Nan mais allo, tout le monde ne sait pas ce qu’est une copropriété, ceux qui habitent à la campagne, ceux qui n’ont jamais cottoyé le nota-ri-at, ceux qui ne se sont jamais posé la question….. Faut lui laisser sa chance au ptit jeune, il est la pour apprendre !!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laissez moi un commentaire !