Envisager l’impensable et changer de vie

« Mais t’es folle, tu n’as pas idée ce qu’une telle décision implique ! C’est dangereux, c’est difficile, c’est prenant … tu n’as pas réfléchis aux conséquences ». Voilà ce qu’on a coutume d’entendre lorsque l’on annonce un changement de vie à ses proches.

Souvent, je me plais à imaginer ce que pourrait être ma vie si je décidais d’en changer. Hier je m’imaginais ainsi, aujourd’hui je le vois encore autrement et demain ?

famille_dessinAujourd’hui pour dans 5 ans, je m’imagine mariée, propriétaire d’une petite maison en périphérie, avec un petit jardin et une balançoire au fond du terrain. Une maison, simple, qui nous ressemblerait. Je m’imagine mère de famille, maman de jumeaux et je m’imagine mère au foyer, m’occupant de mes enfants la plupart de la journée, et vendeuse à domicile gérant une petite équipe d’ambassadrices sur la région. Je m’imagine finalement bien peu différente d’aujourd’hui dans ma façon de penser, épanouie, amoureuse, heureuse. J’imagine avoir eu le cran de quitter mon boulot bien payé pour un job à la maison, sans garantie de salaire, consciente du sacrifice financier et de l’absence de sécurité de l’emploi. Consciente également de mon avenir, de ce qu’un tel choix impliquerait tant au niveau emploi « au cas où« , qu’au niveau retraite (bien que ….)

Ouais je me surprends à imaginer travailler pour moi, à mon compte, à la maison, et d’un coup une voix qui me sort de ma rêverie. « Non mais tu es folle …. »

Bref.

Si toutefois, j’avais la chance d’avoir des jumeaux par FIV, je crois que ma vie changerait. Je ne peux pas imaginer, ni savoir quelle mère je serais, mais je suis quand même bien consciente du travail que ça peut être d’élever des jumeaux, surtout 2 bébés, qui d’un coup se mettent à crier, en même temps, ensemble, et du double de couches pleines de cacas et de vomitos en tout genre partout et ailleurs. Oui j’imagine, j’en suis contente, mais je le souhaite. Si on devait avoir le choix, oui je crois qu’on se lancerait. Et pourquoi pas ?

cote-parents-en-famille-travail-et-vie-de-famille-hs1-1-5392.jpg-5392-556x556

Une vie qui changerait aussi radicalement, ne serait pas sans effet sur le reste de ma personnalité, maintenant à savoir de quelle manière, je serais incapable de le savoir.

Quant à mon orientation professionnelle, on me dit que ce serait aberrant de quitter un job comme le mien, bien payé, sécurisant, lorsque dans les temps qui courent, le chômage fait bien parler de lui. On me parle de crise, comme quoi les clients ne peuvent être fidélisés dans ce milieu, qu’ils achètent une fois pour le fun et basta, que je ne pourrais pas m’assurer un salaire décent, que c’est monter son entreprise avec les risques de faillite que ça implique. Et que je devrais m’estimer heureuse d’avoir un boulot et d’arrêter de me plaindre….

Et pourquoi je n’aurais pas le droit de prendre des risques ? Tous les jours, il y a des entreprises qui naissent, tous les jours, il y en a qui tombent. Je les connais les risques. Quant à la question de fidéliser la clientèle, je n’en crois mot. Moi-même fidèle cliente dans l’achat de jouets intimes, le marché sera ouvert et florissant tant que les couples s’aimeront et feront l’amour.

Je n’ai pas peur de travailler s’il s’agit de travailler avec le sourire et la bonne humeur. Je ne suis pas de ceux qui vivent malheureux dans la peur de quitter leur job. On n’a qu’une seule vie, on pourrait mourir demain, tomber malade ce soir et se découvrir un cancer hier. Pourquoi devrait-on vivre malheureux et dans la sécurité parce que tout le monde le dit et parce que c’est dangereux de faire autrement ?

Je n’ai pas peur de mes rêves, et encore moins de les réaliser. Je ne vis pas dans un monde de bisounours et je connais les enjeux. Maintenant, quand, comment et dans quelles circonstances, seuls ces paramètres peuvent encore varier …

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 thoughts on “Envisager l’impensable et changer de vie

  1. Tu n’as qu’à commencer à temps partiel dans ta nouvelle boite et quand
    tu auras ton réseau de clients bien en place tu plaque tout pour t’y
    concentrer 😉

    1. Je pense que tout se décidera d’ici 6 mois – 1 an. Les choses évoluent dans mon métier actuel, pas forcément en ma faveur et du coup, j’imagine qu’il sera temps, seulement à ce moment la, de rééquilibrer les choses, et oui pourquoi pas, de m’y mettre à temps partiel !?

  2. Pareil que Ginie, j’aurais tendance à te conseiller de voir comment les choses se déroulent.

    Si ça se trouve, d’ici 1 an, le temps de te construire un réseau, tu crouleras sous les demandes de réunions et tu pourras te lancer à temps plein dans un boulot qui, certes est risqué, mais qui te plaira et ne t’ennuiera pas pour te lever le matin. En tout cas, je te le souhaite ! 🙂

  3. Mon père répète sans arrêt une phrase : « C’est extrêmement difficile de suivre ses rêves s’ils ne sont pas dans la norme, mais c’est encore plus dur de suivre ceux des autres, mêmes s’ils sont censés ». Bref, j’adore! Et avec une énergie pareille, je n’ai aucun doute quant à ta réussite!

Laissez moi un commentaire !