Le jour ou j’ai laissé Carte Blanche à mon coiffeur

Je suis du genre à aimer changer de tête et pourtant je vais rarement chez le coiffeur. La je dois dire qu’il y avait urgence. Ça faisait un an et demi que je n’avais pas été chez le coiffeur (hormis le jour de mon mariage). Normal, je laissais pousser parce que je voulais une jolie coiffure le jour J, et aussi parce que je voulais de jolis chignons comme c’est la mode en ce moment. Sauf que ces chignons bah je me suis vite rendue compte que ça n’allais pas à tout le monde. J’ai eu beau acheter tous les accessoires du monde (buns et compagnie), ça n’a jamais rendu comme je le voulais. Ça faisait plutôt chignon de danseuse. Pratique pour l’été mais bon pas vraiment à mon avantage. Mais la je m’égare.

3.chignons-flous-jennifer-lawrence

J’aime toujours bien aller chez le coiffeur (j’adoooore qu’on me tripote les tiffs) mais je ressorts quasiment toujours déçue. Je n’ai jamais réussi à trouver le coiffeur qui sache m’écouter, mais surtout qui sache prendre des risques. Du genre j’y vais pour changer de tête et je ressors avec …. un brunching, une coupe dégradée, ou carrément le genre de coiffure que le lendemain t’as retrouvé ta tête d’avant. J’ai toujours voulu trouver un coiffeur qui soit visagiste. Qui sache me proposer une vraie coupe qui me ressemble et qui m’aille vraiment bien.

Dans ma vie j’ai tout testé. Le court, le long, le roux, le noir. Tout me va. Mais la ma tignasse était vraiment terne et fallait que je fasse quelque chose.

Loin de vouloir me lancer dans la chevelure rose comme débattu auparavant (non pas encore mais un jour), j’ai décidé de me lancer et c’est fois ci j’ai frappé fort.

Carte Blanche, c’est le nom du salon. C’est un concept, une équipe, un environnement. En fait quand on y va, on sait pas trop comment on va ressortir. La décoration est minimaliste, underground et ne ressemble en rien aux salons de coiffure habituels. Cherchez un miroir, vous n’en trouverez pas. Au lieu de cela, vous êtes assis devant une grande vitrine et vous regardez les passants dans la rue, qui sont attirés par le spectacle inhabituels. C’est assez drôle de voir la tête de certains. Les brosses et accessoires sont logés dans des WC, et il règne un joli bordel et une belle originalité. Après tout c’est pas ce qu’on leur demande et c’est pas ça le principal. La « Dream Team » n’est pas une équipe de coiffeurs, ce sont des artistes !

coiffeur france nancy carteblanche underground

J’avais pris rendez vous avec un peu appréhension, en sondant un peu mon entourage. Je suis allée sur leur site internet des dizaines de fois ces derniers jours et j’ai parcouru leur profil facebook histoire d’être sure du pas que je franchissais. Et puis je me suis lancée. Objectif : Carte blanche !! Seule restriction : pas de couleurs flashys car quand même je travaille chez des notaires….

Je suis arrivée, j’ai reçu un super accueil. Morgane, la coiffeuse m’a emmenée dans une salle vers l’arrière pour discuter. Connaître un peu mes attentes, mes envies, et mettre en place le projet de coupe. Et puis c’était parti. Au moment de couper, elle m’a posée la question fatidique « pas de regret ? » Non allez go. Répètant au moins 5 fois « je te fais confiance ».

Et puis c’était parti. Impossible d’imaginer quelle tête je pourrais avoir. Chez Carte Blanche on a l’avant/après et pas le pendant. Je la sentais couper autour de mon oreille, le tout dans une ambiance électro. Je flippais comme une dingue. Quelle tête je vais avoir ? Allez, je lui fais confiance……

Les souhaits que j’avais émis c’était d’illustrer ma devise « Je ne suis pas celle que vous croyez« . Avec un coté sage et un coté « moins sage ».

En ressortant une heure et demi plus tard, je ne m’étais pas encore vue, mais j’avais la trouille de me voir. Je sentais le vent dans mon cou. Je voyais mon reflet dans les voitures, dans les vitrines, et je flippais encore plus. Je n’avais pas donné de restrictions de longueur, tandis que mon homme ne tenais pas à me voir revenir les cheveux courts. Je suis rentrée à pied. Flippée. N’osant pas me regarder dans un miroir. Peur du verdict de mon homme. A force de m’avancer, de me voir, j’ai fini par accepter mon reflet. Quand je suis arrivée, je me suis présentée à mon homme avant même d’aller devant un miroir. Evidemment il a pas aimé.

Puis je me suis présentée devant mon miroir. Ah oui quand même. Bon bah, ça repoussera ! Ca me va quand même pas trop mal, même si j’ai pas l’impression que ce soit vraiment moi. Mes cheveux sont courts. Trés courts. La couleur est parfaite. Lumineuse. Le coiffage un peu punk mais ça c’est pour l’occas. J’ai quand même hâte de voir demain comment ils vont se coiffer après les avoir lavés …. En même temps c’était une expérience à tenter. Et honnêtement, je la retenterai probablement !!!

Avant après

Et puis bon quand on voit la différence « Avant/après », y’a quand même pas photo !!!! Non ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 thoughts on “Le jour ou j’ai laissé Carte Blanche à mon coiffeur

Laissez moi un commentaire !