Mes coquineries,  Mes rencontres

La théorie de la Culotte

Mes émotions sont directement reliées à ma culotte. En gros, il faut en passer par la pour accéder à mon coeur. Je ne suis pas un mec, qui pense avec son pénis mais presque (sauf que j’ai pas de pénis). Cette relation est parfois compliquée à gérer, car oui être une femme romantique et coquine c’est un cocktail détonnant qui a le don de faire fuir les hommes.

Pour me séduire, il faut me porter de l’attention, me couvrir de compliments et me faire fantasmer. Nombreux hommes ont tenté de m’appâter avec leur corps de rêves sans avoir les mots qui vont avec. S’ils avaient tenté en envoyant une photo de leur bite ça n’aurait pas moins marché mais ça aurait limite plus fait mouche (bah oui je suis un peu spéciale).

Il faut donc me raconter l’amour, le sexe, me donner envie, titiller mon désir. Je jauge un homme ainsi. A sa capacité de me faire mouiller ma petite culotte (désolée si je un peu crue). Ceux qui réussissent se voient passer au second niveau du jeu. Peu passent au 3ème.

Le second niveau, c’est la culotte qui disparaît pour dévoiler la femme qu’il y a derrière. A ce moment la, je deviens compliquée, lunatique, ou changeante selon les avis de ces hommes. Car je ne demande plus de sexe, mais je demande qu’on s’intéresse à moi. A celle que je suis. A ce moment la je devine facilement l’homme que j’ai en face de moi. Ce qu’il recherche vraiment, et comment il me considérerait si on allait plus loin.

Beaucoup d’hommes sur les sites de rencontre ne cherchent que des relations coquines. C’est trés facile à trier à ce stade. Avec cette méthode, je devine assez facilement aussi quels seraient les bons coups des mauvais. Car oui, je ne cherche pas qu’un prince charmant, je cherche aussi un homme qui en a dans le caleçon ! Et y’a pas que la taille qui compte …

Lors de cette deuxième étape, soit le mec m’a vraiment conquise, à être vraiment gentleman, auquel cas il passe au niveau supérieur, soit il n’aura fait que de m’agacer ou de m’ennuyer (oui y’a vraiment des hommes qui ne savent pas parler aux femmes) et dans ce cas, je finis par ne plus lui parler.

Le troisième niveau est celui de la rencontre. Le sésame. Une nuit avec moi se mérite, nan mais ! Et en 2018, on couche le premier soir. Bah oui, je fais tout à l’inverse…. Evidemment si c’est un plan cul, pas de soucis la dessus tout est clair, sinon, c’est la que ça se corse.

Parce que l’image que je finis toujours par donner est celle d’une fille ouverte d’esprit sur ce point la, qui assume sa sexualité, et rien de plus. Dans la tête (ou dans le caleçon) de celui qui a eu accès à ma culotte, la relation ne serait basée que la dessus. Pourquoi voudrait t’elle autre chose ?

Et généralement, si le mec a grave assuré, l’orgasme produit une petite décharge en moi qui bouleverse tout. Et c’est la que je tombe amoureuse. Ou en tout cas, que je m’attache. Trop vite, beaucoup beaucoup trop vite.

Pourquoi je suis comme ça ? J’en sais trop rien. J’assume assez de l’être, c’est ainsi que je me sens le plus moi même. Et vivante. Après tout si un jour le rencontre vraiment un jour mon prince charmant, il franchira les niveaux un par un sans rencontrer la moindre résistance….

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laissez moi un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :