Moi-même

J’ai été formée au métier de vendeuse de Sextoys à domicile par une super leader. Elle m’a enseigné les bases de la vente à domicile, comment prendre confiance en moi et m’éclater en réunion.

L’un des secrets de la société que je représentais (enfin si c’est un secret) c’était de donner à ses ambassadrices une trame, une histoire à raconter aux clientes pendant la réunion. Au début, ça aide bien. On trouve sa propre manière de présenter les produits, sa propre manière de faire rire les clientes, tout en respectant l’image de la société et la trame fournie. La société nous impose de respecter un certain vocabulaire, de ne pas être trop vulgaire. Interdiction de parler de « Sextoys, cul, bite, chatte » et autres mots moches et pas trés glamours. La trame contenait des rubriques qu’il était important de parler. Présentation de la société, recrutement d’ambassadrices, informations générales concernant les « types » de produits et puis enfin le discours de fermeture. Tout était fait pour nous aider à vendre, à répondre aux objections des clients. Mais finalement cette trame de réunion, apprise presque par cœur, sans qu’elle soit une obligation, n’avait rien de naturel.

Si un jour j’ai décidé de me mettre à mon compte, c’est parce que je me sentais enchaînée dans une image qui ne me ressemblait plus. C’est pourquoi j’ai créé une société à mon image.

J’ai tout fait pour me détacher de l’image de la société qui m’avait formée. J’ai créé ma propre trame de réunion. J’ai écrit mon histoire. J’ai appris à présenter mes produits seule.

Mes premières réunions se sont bien passées. Je me suis sentie à l’aise dans mes premières présentations. J’ai eu à ajuster quelques détails mais tout s’est bien déroulé.

Passé les premières réussites, je suis rentrée dans une période de doute. J’ai commencé à perdre confiance en moi. Je me suis réfugiée dans ce que je connaissais, un trame formatée. Une histoire qui n’était pas de moi. Cherchant peut être la facilité ? A chaque retour de réunion, je me posais devant mon homme pour faire le point. Au bord des larmes, à chercher ce qui n’avait pas marché. Pourquoi je n’ai pas vendu ? Pourquoi ne suis-je pas satisfaite de ma réunion ? Les questionnaires de satisfaction que me retournaient mes clientes n’avaient pas la réponse. Tout semblait parfait. Et pourtant…..

Et puis je sais plus trop comment j’en suis arrivée à cette conclusion, ma soeur m’a fortement aidé et mon mari aussi, qu’il me fallait vraiment me détacher de mon passé de vendeuse à domicile « indépendante ». Je me suis posée, j’ai réfléchis. J’ai regardé les choses différemment. J’ai choisi de corriger certains détails, et surtout d’être moi-même. J’ai réécrit ma réunion, je me suis imposée de nouvelles règles et je me suis lancée.

Les réunions suivantes ont cartonné. J’ai vendu, j’ai été satisfaite de ma prestation. J’ai compris.

Il n’est pas tous les jours facile de garder confiance en soi. C’est un véritable combat. Ça fait partie de l’entrepreneuriat finalement, et je ne regrette rien. J’ai déja hâte d’écrire la suite de l’histoire…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laissez moi un commentaire !