Mon premier match de Foot

Parce que ça méritait bien un article !!! Je n’ai jamais été fan de ce sport et j’évitais au maximum les matchs de foot à la télé. Sans raison, tout simplement parce que je trouvais pas ça interressant. Lorsque Steven m’a dit qu’il avait eu des places par son boulot et qu’il avait l’intention d’y inviter son beau père, je lui ai proposé de venir avec lui si jamais celui ci ne pourrait pas venir. Bah oui, pure curiosité, fallait bien voir ça au moins dans ma vie !! Finalement il n’a pas demandé à son beau père et a décidé qu’on irait en amoureux !  Quelle sortie en amoureux !! Ca change du ciné ou du resto, les trucs bien romantiques …

J’ai pas arrêté d’y penser toute la journée. Excitée comme une puce à cette idée. (c’est fou ça qui l’aurait cru ?)

Le match ? Nancy/Psg au Stade Marcel Picot.

Prête bien avant l’heure, emitouflée et recouverte de quelques épaisseurs de vêtements, je tourne en rond. Steven m’avait dit on partira à 18h-18h15 au plus tard.

Bon 18h, Steven toujours devant sa console, j’ai déja mes bottes aux pieds. Je passe la tête par la porte de sa salle de jeux.

« Mon coeur il est 18h.

– oui ma chérie, j’en refait une et on y va. »

Je tourne en rond. Regarde d’un oeil « Just married (ou presque) » et surtout ma montre.

« Mon coeur, il est 18h15″

J’ai maintenant l’écharpe autour du cou.

« Oui oui on y va. »

18h20. On décolle. Le bonnet, les gants, l’écharpe et la doudoune. Il fait chaud dans la voiture.

Ca bouchonne en ville mais Steven connaît les raccourcis.

On finit par se garer de l’autre coté de la Meurthe sur un parking près du club d’Aviron. La voiture a 2 roues dans la terre/neige/gadoue, j’espère au moins qu’on pourra ressortir !!

Go. Il faut traverser la meurthe à pied. Tiens, ce pont … Je m’étais toujours promis de ne pas mettre les pieds dessus.

Pourquoi donc ??

Bah …. j’ai compris pourquoi. Un pont pour piéton, suspendu par des cables. Et plein de gens qui marchent dessus … Quelques mètres j’ai cru que j’allais tomber dans les pommes. Le pont bouge. C’est pas un pont de singe mais presque !! Steven met sa main sur mon épaule. Je lui prend la main et serre, serre trés fort. J’ai peur. Et le pont me semble interminable. A chaque remous, j’ai l’impression que mes organes sont en apesanteur, ça me donne une impression de vertige, c’est horrible….

Quelques milliers de centaines de km plus tard, c’est la terre ferme. Ouf ca va mieux !! Je regarde autour de moi. Plein de monde, la police, les CRS. Contrôle d’identité des gens qui ont pas l’air d’ici. On les reconnait les parisiens

A la recherche de l’entrée 4. On marche dans la foule, à l’intérieur du stade, les présentations des joueurs ont commencées. Enfin arrivés devant la porte. Faut passer le billet devant un lecteur de code barre et passer la grille, une personne par une personne pour rentrer. On a l’impression de rentrer dans une prison haute sécurité. A l’intérieur, on est fouillés puis commence la recherche de nos places. En hauteur, dans un endroit finalement pas trop de monde, sur la droite du terrain, on est bien. Steven retrouve ses collègues de boulot. Moi j’ai les yeux partout et des étoiles dans les yeux.

Je ne vous raconterai pas le match, 2-0 pour Nancy, c’est finalement ce qui est à retenir. Ce qui était énorme c’était les chants des supporters de Nancy. En coeur. Les supporters du PSG sont quant à eux pas trés nombreux. Leur tribune est quasi vide. C’est peut être la neige qui les a retenu ??

Ce qui m’a éclaté c’est la réaction du stade entier devant le match. La passion animée dans le coeur de chacun des 17.000 spectateurs à quelques centaines près … A chaque action, c’est tout le monde qui hurle, les gens qui se lèvent tout doucement … « oui …. oui …. oui …. oohhhhhhhhhhh!! » et puis le geste, les mains qui montent, pour rattérir sur les têtes, du genre, je me carresse les cheveux … et puis tout le monde se rassoit.

ambiance dans les stades

Les sifflements lors des fautes et puis enfin, un but. Puis deux. Et la tout le stade est debout et crie. Un commentateur qui hurle « BUUUUUUUUUUUUUUUUUUT » dans les hauts parleurs. Et puis il hurle le prénom du joueur qui a marqué, les spéctateurs reprennent en rythme son prénom. Comme pour l’acclamer, c’est énorme. Je n’ai pas hurlé, je n’ai pas applaudi, je me suis délectée de cette ambiance. Le sourire jusqu’aux oreilles. Comme pour un concert, la passion dans le coeur des spectateurs, l’excitation, tout ça c’est contagieux

Je regrette pas ce premier match. Je ne comprenais pas comment on pouvait aimer le foot. Maintenant j’ai compris. C’est pas pour autant que j’irai regarder un match de foot à la télé, mais retourner voir un match, ça oui j’y retournerai !!!!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laissez moi un commentaire !