Organisation : j’ai testé la méthode du Bullet Journal

En cette rentrée 2016, j’ai pris quelques résolutions en ce qui concerne mon organisation. Mon plus gros défaut est la procrastination. J’ai tendance je reporte sans cesse tout au lendemain, et je me retrouve souvent tout le temps débordée par les événements.

J’ai à peu près tout tenté, de l’alerte, au gestionnaire de tâches, jusqu’au grand tableau blanc juste devant mon nez toute la journée. Rien à faire, si je reporte le fait même de mettre les pieds dans mon bureau pour visualiser ces fichues listes de choses que je n’ai pas envie de faire, alors rien n’est fait.

Pour cette rentrée j’avais déjà imaginé reprendre tout à zéro. Modifier la disposition de mon bureau, changer de système de classement, modifier mes méthodes de travail. Et puis, en parcourant mon facebook dans un état de lassitude avancée, je suis tombée sur un article qui m’a fait découvrir le monde merveilleux du Bullet Journal. J’ai trouvé l’idée sympa au premier abord et me suis déja imaginée l’appliquer.

Mon problème, c’est que je suis quelqu’un qui vit tout un peu trop à fond. A peine le concept découvert, j’avais déjà lu 15 articles sur le sujet, vu 10 vidéos sur Youtube et retéléchargé Pinterest – outil addictif par excellence – pour y trouver des idées. Et tout ça, en à peine 3 jours.

La méthode du Bullet Journal

La méthode du Bullet journal a été inventée par Ryder Carroll, un new-yorkais qui a souhaité réorganiser ses pensées, ses notes, ses tâches dans un outil simple, un carnet. Alors que la tendance est au surconnecté, au web et à l’outil informatique, retour au bon vieux papier donc.

Le Bullet Journal (ou BUJO) est un peu une contraction d’un agenda, d’une to-do list, et d’un carnet de notes, le tout agencé sur des pages blanches, entièrement personnalisables puisque c’est vous qui les écrivez. Pour s’y retrouver, on y insère un index qui renvoie aux pages.

Index bullet journal

Ce qui fait son autre caractéristique c’est le système de puces qui y est associé. Puces, que l’on appelle aussi « Clés » ou « Keys » en anglais, qui permettent de repérer en un seul coup d’oeil la teneur de la tâche à accomplir : A faire, Réalisée, Reportée, etc…. A chacun d’inventer les siennes.

Outre les pages d’agenda, annuel, mensuel, ou semainier, on y ajoutera au grés de ses envies, des « collections« . Ce sont des pages de notes sur un thème en particulier. Livres à lire, films à voir, recettes etc. Chacun y porte un peu de lui même dans son carnet.

Le but principal du bullet Journal est son agenda journalier. Aussi, chaque jour, vous y notez tout ce que vous devez réaliser, ainsi que les événements marquants, à la manière d’un journal.

Si le BUJO séduit autant, c’est également grâce à la créativité qu’il va titiller chez son détenteur. Rien est écrit, rien n’est codé, les pages sont blanches, on en fait ce que l’on veut. Dessins, collages, jolies calligraphies, certains modèles suscitent l’envie. On voudrait la même chose pour son propre bullet journal. Du coup, la tendance est portée par Pinterest qui recense des milliers de modèles, d’idées, et d’inspirations pour créer un bullet journal qui nous ressemble.

Pour illustrer la méthode, je vous partage la vidéo d’une youtubeuse que j’ai trouvé bien faite.

J’ai tenté l’expérience du bullet journal

J’ai acheté un carnet blanc, un lot de stylos colorés, et je me suis lancée. Trop carrée dans ma tête, j’ai d’abord imaginé le contenu. Puis l’ordre dans lequel créer tout ça.

Quel serait le but de ce journal ? Un agenda, tout d’abord, pour noter mes rendez-vous et dates d’ateliers puis  un organiseur d’idées. Pour être plus organisée dans mon travail, avec un temps pour tout, entre loisirs, société, Blogging, réseaux sociaux et veille.

Ma première page a été l’occasion de libérer un peu de ma créativité. J’ai dessiné, colorié, pour rendre mon BUJO moins austère. Puis j’ai entrepris de créer mes pages. Tout d’abord, l’index, puis l’agenda annuel, et quelques collections avant de passer au plus gros, la création de l’agenda semainier. J’ai passé 3 heures sur mon carnet portée par le trop plein d’idées amassées ces 3 derniers jours.

IMAG0046

Finalement, et même si dans ma liste de résolutions, tenir un bullet journal est la toute première, je pense que ce système n’est pas encore ce qu’il me faut.

Les raisons sont assez simples, je ne sais pas dessiner, j’écris pas forcément trés bien, je supporte mal les ratures dans les jolis carnets, et la création de l’agenda prend trop de temps vu qu’il me faut une vue sur les 4 mois à venir.

Malgré tout, je garde l’idée du bullet journal et de ses collections. Je vais l’adapter à ma sauce, et j’ai déja ma petite idée sur le contenant et le contenu. Je vous en reparlerai trés vite.

Et toi, connais tu cette tendance ? Penses-tu y succomber ?


Pour découvrir le concept, voici quelques liens :

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 thoughts on “Organisation : j’ai testé la méthode du Bullet Journal

Laissez moi un commentaire !