Rassemblement de cravates

Hier je reprenais le boulot après 10 jours tant mérités de vacances. Enfin, quand je parle de vacances, c’est un bien grand mot. Au dela des quelques tâches effectuées pour mon mariage, j’avais aussi des commandes, des réunions, des trucs et des machins en lien avec mon activité d’ambassadrice. (ouais on parle toujours du même sujet. – Je sais. )

Bref, je voulais pas vous parler de ça à la base. (ouf)

Hier je reprenais donc le boulot dans mon étude de cravates. Retour dans ce job anciennement adulé, anciennement passionné, et non pas joie de retrouver les désagréments qui m’ont poussé à prendre des vacances. Les patrons n’ont pas changé, les collègues non plus et leurs vices sont malheureusement toujours les mêmes …

J’ai bien sur commencé la matinée par râler, me plaindre, m’énerver contre les collègues qui font pas leur boulot et qui me balancent à la figure qu’ils ont bossé tout le week end, eux, et jusqu’à 2h du matin, sans manger, sans boire, sans dormir, et que franchement ce que je leur demande ça leur passe au dessus. Et accessoirement que je suis une emmerdeuse. Bon, non ils ont pas dit ça, mais c’est à peu près ce que j’ai compris (et ce qu’ils ont voulu me faire comprendre – surtout « il »).

Zut quoi (si je voulais je pourrais être plus vulgaire), s’ils font des heures c’est pas de ma faute, c’est parce qu’ils le veulent bien (et parce que les patrons pensent que ces gens la ne se plaignent jamais – aussi ). Bref, de quoi m’énerver. Vraiment, rien n’a changé. Et ça m’agace.

Heureusement, hier après midi c’était aussi LA journée de l’authen-ti-ci-té. Bref, vous savez pas ce que c’est, je vais vous épargner les détails parce que ça vous intéressera pas. En gros, dans mon job (« officiel »), se sont rassemblées plusieurs centaines de cravates pour une grosse conférence hyper, super, très exceptionnelle. Il y avait les patrons et leurs employés. Tous. Enfin presque. Si déjà le fait que tout le monde n’y assistait pas alors que c’était « obligatoire », m’a un peu énervé. Certains estiment qu’il y a bien mieux à faire qu’à s’occuper de l’avenir du métier. Consternant.

Bref, une après midi pour parler de la profession de cravate. Fort intéressant, malgré tout.

homme_affaires

Quoique je ne me sentais bizarrement pas à ma place au milieu de tous ces gens droit, un peu guindés, très mondains. Hormis une poignée d’irréductibles gaulois et fort heureusement.

Le clou du spectacle aura peut être été la clôture de cette journée exceptionnelle. Un humoriste était la pour essayer de nous détendre et a fait le spectacle pendant une heure. Un public de cravates, complètement coincés, je vous laisse imaginer. Le pauvre, c’était vraiment pas un public facile. Moi j’ai bien ris. Même si le pauvre gars ramait pour enchaîner ses blagues, entre le mec bourré, les blagues de cul, et d’autres bien pires. Je sais pas trop ce qui lui aurait fallu pour en dérider certains mais c’était assez exceptionnel à voir.

Je crois que cette journée m’a vraiment confortée dans l’idée que je fais désespérément pas partie du même monde et que franchement, je ne chercherais à en faire partie même si on me payait (enfin j’y réfléchirais à deux fois quand même, mais faudrait vraiment beaucoup beaucoup beaucoup me payer.).

Finalement, me dire que je mène une double vie avec la vente de mes sextoys, mon originalité, mon amour pour les pin-ups (sans parler de l’effeuillage burlesque je j’affectionne encore plus) et mon coté utra geekette, je préfère largement celle que je suis, à ces gens tous plus mondains les uns que les autres.

Parfois (souvent), je me demande ce que je fiche ici ….

Pas vous ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

One thought on “Rassemblement de cravates

  1. Soyez rassurés, ce monde de jeunes ou moins jeunes cadres, à la peau lisse, aux dents acérées, aux sourires intéressés, aux pratiques parfois sans éthique pour atteindre les objectifs ou la performance demandée, c’est le business, un cin de vie certes où l’on passe trop de temps, mais qui nourrit.

    On peut choisir de vivre autrement mais prenez-le comme un confort, même si vous ne faites pas corps avec ces membres, ces cravates et autres tailleurs stricts. Ils vivent certains de leurs valeurs, vous en avez d’autres, mettez les en valeur dès la porte du bureau franchie, pour vous, pour votre famille.

    Alors oui ils ont des cravates, elles sont tristounettes, mais c’est votre emploi (une valeur à protéger en soi dans notre vie actuelle), mais oui aussi, vous êtes une belle personne, avec des envies, des folies, des sextoys, des rires, des doutes, un amour, tout cela est le plus beau.

    Souriez, riez des cravates !

Laissez moi un commentaire !