Entreprenariat : retour aux origines

Ces derniers temps, je me suis perdue. Je me suis beaucoup trop éparpillée et j’ai parfois fait les choses sans réfléchir (ah si je pouvais être moins impulsive parfois !).

Ces derniers jours m’ont été bénéfiques. Je me suis accordée quelques jours pour réfléchir et revenir à l’essentiel. Coté entreprise, je me suis aperçue qu’à trop écouter les autres j’ai fait n’importe quoi.

Première erreur : Ecouter tout le monde

Au bout de 4 mois d’entreprenariat, il est normal que mon activité ne décolle pas. (A force qu’on me le répète, je l’aurai compris) Mais c’était pas aussi clair dans mon esprit ces dernières semaines. Je me suis lancée dans un milieu ultra concurrentiel. Ça je sais. Mais au lieu de me trouver une niche, ou une démarche radicalement à l’opposé de celle de mon marché, j’ai commencé à vouloir écouter TOUT LE MONDE. Absolument tout le monde. Une cliente me demandais des pinces tétons, je mettais 5 sortes des pinces tétons sur le site. Une cliente me demandais tel ou tel sextoys, le lendemain, il était en ligne. A aucun moment, je me suis demandé si ces produits étaient en adéquation avec mes principes ou mon entreprise. Je me disais (à tort) que c’est en élargissant mon offre que je toucherais le plus de monde.

Bien sur j’avais tort.

J’ai fini par créer une boutique qui ne ressemble pas à ce que je voulais au départ. Je voulais une boutique de proximité, présentant une sélection de produits du catalogue, permettant à mes clientes de se réapprovisionner simplement, à commander les dernières nouveautés. J’en ai fait un e-shop de 300 produits, ressemblant à n’importe quel autre sexy-shop sur le net, perdant de vue mon désir de proximité, et ma clientèle cible.

Deuxième erreur : avoir perdu de vue mon client idéal

Dans les premières formations lorsque l’on se lance dans l’entreprenariat, il y a un chapitre sur le client idéal. Pour orienter ses démarches marketing, savoir à qui on s’adresse pour bien communiquer, il faut connaître ce client.

Hier, j’ai parlé de ce point à mon mari. Il m’a répondu « bah notre client idéal c’est celui qui aime le sexe« . Bah …. non.

Mon client idéal à moi, c’est une femme. Une femme qui a envie de s’épanouir, qui a envie de s’assumer dans sa féminité, qui a envie de découverte, qui a envie d’apporter ce petit plus dans son couple, qui a envie de se faire plaisir et de faire plaisir à son couple. Une femme qui a envie d’être heureuse dans la vie, comme sous la couette.

Pourquoi ? Parce que l’essence de mon entreprise ce n’est pas ma boutique, c’est mes réunions. Et c’est cette femme la que je veux rencontrer dans mes réunions, que je veux aider.

En voulant écouter mon mari, parce qu’il veut bien faire en s’investissant et en voulant nous faire connaître, j’ai perdu de vue ce qui était important pour moi. Mes réunions.

Troisième erreur : vouloir tout faire, tout de suite

Je suis impulsive, je ne vous l’apprend pas. Et après à peine 4 mois d’entreprenariat, j’ai cru qu’il était temps de lâcher le kraken en balançant toutes mes nouveautés et mon nouveau concept. Sans me soucier de l’investissement personnel que ça pourrait me demander, sans me demander si j’étais prête pour ça, sans me demander si j’avais une clientèle pour ça.

Heureusement, c’est la que la déprime mensuelle est venue taper le bout de son nez, me disant « hé ho, faudrait peut être se calmer la, fait donc marcher le reste avant de t’engager dans un nouveau concept.  » Bah ouais, j’ai encore failli me prendre une claque dans la figure. Il était moins une.

C’est en faisant des erreurs qu’on apprend.

Comme les premières erreurs que j’ai pu faire et qui concernaient surtout mon catalogue produit, c’est en faisant des erreurs qu’on apprend. Et j’ai beau lire des tas de bouquins, des erreurs j’en ferai toujours.

Avec le recul que j’ai pu prendre ces derniers jours, j’ai finalement décidé de revenir aux origines. A mon projet tel qu’il était il y a 1 an lorsque j’ai commencé à mettre des mots dessus. Parce que c’est ainsi que je voyais les choses, c’est ainsi que je croyais en ma réussite.

Il y a des gens qui revoient leur projet au bout de 6 mois et qui prennent une autre direction. Moi j’ai finalement décidé qu’il était temps que j’arrête de perdre du temps et de l’argent à vouloir tout faire pour les autres mais rien qui ne me ressemble. Aujourd’hui, je reprend les rennes de Miss Kinkie, je reviens aux origines et croyez moi, ça va bouger !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laissez moi un commentaire !