Plutôt candide ou femme fatale ? Shopping Burlesque

J’ai reçu il y a quelques jours le mail contenant les informations du prochain stage de burlesque. Cette fois ci on passe aux choses sérieuses ! A la lecture du « dress-code », j’en ai pas dormi de la nuit. Outre les bas, la robe et les talons, on rajoute cette fois ci les nippies et le boa. Il est prévu qu’on sorte le grand jeu, qu’on dévoile ce jour la notre féminité. La vraie.

Alors si montrer mes cuisses ou un bout de fesse comme la dernière fois m’a marquée sans trop me choquer, je me suis demandée jusqu’où je serai prête à aller cette fois ci. Parce que cette fois ci, les masques tombent, la robe avec et c’est bien plus qu’on verra de moi.

Je ne suis pas un critère de beauté, je ne suis pas un canon des magazines. Je suis une femme avec ses rondeurs de l’entre deux-tailles, loin de la taille unique. Vais-je oser ?

Même si ce n’est qu’un stage, les informations du mail parlent de l’usage du burlesque. Du pourquoi du stage. Alors pourquoi ? Pour se sentir belle ? Pour faire plaisir à Monsieur ? Pour monter sur scène ? … Ca y est je l’ai dit. Ca vous choque ?

Pourrais-je un jour y monter, me montrer dans cet art, me dévoiler ? Comment pourrait réagir mon entourage si ce n’était même qu’une seule fois ? Enfin ça, on en reparlera lorsque j’aurai au moins osé à me déshabiller en stage.

Alors revenons à nos moutons. Quelle lingerie pour me sentir assez belle presque nue ? Quelle lingerie pour oublier mes complexes en me regardant dans le miroir de la salle de danse ? Quelle lingerie pour être une véritable pin-up ? Je me suis tordu l’esprit pendant des jours pour savoir ce que je voulais faire.

 Shopping burlesque

Porte-jarretelle et bas d’office adoptés !! Même si cette fois-ci ils n’étaient pas obligatoires, je me sens bien plus belle dans cette lingerie. Ca limite le choix de ma garde robe. 2 portes jarretelles ont retenu mon attention. Un serre taille trés burlesque, rouge et noir avec de la dentelle, qui épouse mes hanches et camouffle mes vilaines vergetures ou ma dernière acquisition, un porte-jaretelle Lise Charmel blanc crème doux au toucher. Entre les deux mon coeur balance. Plutôt candide ou femme fatale ? Plutôt timide ou dominante ? Quel personnage vais-je incarner ? Quel personnage me ressemble le plus ?

De la réponse à ces interrogations vont dépendre mes futurs achats. Le boa, les nippies, les bijoux et la lingerie.

De l’avis de Steven, je devrai jouer la femme sulfureuse, plutôt dominante. De mon avis et de mes préférences, je me vois plus incarner une femme timide, Plutôt poupée, plutôt romantique. C’est plus moi.

En fait non, j’ai fini par suivre l’avis de Steven. C’est un personnage de scène, un personnage théatrale qui ne doit pas forcément coller à mon personnage. Qui doit choquer, me donner envie de l’interpreter, de tout donner pour l’incarner au mieux. Je dois relever ce challenge. C’est en tout cas, ce que je ferai au stage.

J’ai donc fini par dévaliser les boutiques. Boa en plumes, noir corbeau acheté chez Réjan, Nippies noirs à perles achetés chez Soleil sucré. Lingerie assortie au serre taille, investi chez Orcanta, de marque Chantelle. Des gants noirs, collier de perles et pince à cheveux à plumes noires, chez Claires. Et de magnifiques bas coutures vintage de marque Gerbe, à la Boutique du bas, rue St Dizier à NANCY.

Je n’ai maintenant plus qu’à me préparer psychologiquement à ce qui m’attend. Vais-je aller jusqu’au bout ??

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laissez moi un commentaire !