Récit érotique – Ephémère

Ce soir la, elle est perdue, anéantie, n’a plus goût à la vie. Des idées noires lui traversent l’esprit, elle a juste besoin de soutien, besoin de pleurer dans les épaules de quelqu’un mais il n’y a personne. Il est 1h du matin, il est tard et la plupart de ses amies sont couchées.

Alors même qu’elle n’a pas vraiment la tête à ça, elle se connecte sur Badoo et se réconforte de la présence de Marlon sur la toile.

internet

Marlon. Elle a parlé un peu avec lui il y a un ou deux jours. Trés sympa, trés simple, ils se sont cherchés mutuellement mais sans que ça n’aboutisse à rien. Il voulait absolument venir chez elle mais à 2h du matin, mais hors de question de l’accueillir, c’est bien trop risqué et puis surtout elle veut pas passer pour une fille facile. Enfin. Qu’est ce qui est réellement important ?

Et puis ce soir, sa vision des choses a changé.

Marlon, lui ne veut qu’une relation « ami-amant ». Pas d’engagement, pas de durée, non ce qu’on appelle plus vulgairement un plan cul. Sans autres détours, sans tabou. Plutôt novice sur le sujet, sa curiosité prend le dessus. Après tout quel est le mal ?

Ils ont parlé pendant 2h sur le net. Elle se confia à lui comme à un véritable ami, lui racontant sa rencontre ratée de l’après midi, comment elle s’est fait prendre pour une conne. Et pis quoi tant pis, finalement elle en arrive à la conclusion « quoi il m’a prise pour une conne ? Il a voulu profiter de moi ?? Et bien moi aussi j’aurai profité de lui… J’ai pris du plaisir et je ne regrette rien ! ».

Marlon jubile derrière son écran, il se dit « chic » elle est « open ».

Oui enfin presque, elle n’a pas envie de passer pour une nymphomane non plus …

Et pourtant, elle est si mal dans sa peau, elle a envie d’oublier, de passer vite à autre chose pour oublier cet autre connard qui lui a fait du mal.

Alors elle fait une chose dont elle n’est pas tellement fière, à 3h du matin, elle invite Marlon à passer chez elle. Il aurait pu être quelqu’un de dangereux, elle se rend bien compte que c’est la chose la plus stupide qu’elle ai pu faire dans sa vie, mais à ce moment la, elle est tellement mal, que sa conscience a complètement disparu. Elle s’en fout. Elle n’a plus rien à perdre. Peut être a t’elle pensé « je suis assez grande pour me défendre ». En fait, elle n’a pas pensé aux éventuelles conséquences, elle avait juste envie de réconfort. Rien de plus.

10 minutes plus tard, un sms, il est en bas, il cherche une place dans la rue. Elle descend et se met sur le pas de la porte. Y’a du monde dans la rue, peut être est ce un peu rassurant ? Une 206 blanche passe doucement dans la rue et le jeune homme au volant, tourne la tête et la détaille. 3 fois il passe dans la rue, 3 fois il la regarde. Ça doit être lui. Il finit par se garer et par venir la saluer. Un grand gaillard bien costaud, qui semble avoir 2 ou 3 ans de plus que sur la photo quand même, mais mignon. Imposant, impressionnant. Des yeux verts, un regard enfantin, amusant, amical.

Elle l’invite à entrer et lui propose à boire.

Ils enchaînent les sujets de discussions, elle est incroyablement à l’aise. Pas stressée du tout, sans craintes, sans boule au ventre, pas de mauvaise intuition, rien.

1h plus tard, sans crier gare, il s’approche brutalement d’elle et l’embrasse fougueusement. Il enfourne sa langue dans sa bouche sans lui demander son reste … Elle se laisse faire.

Il commence à la caresser, sans lâcher prise. Il ne veut pas la laisser s’échapper. Elle le sens passer sa main entre ses cuisses et tente de le repousser. Elle garde les cuisses bien serrées. Elle n’est pas encore décidée. Doit elle lui succomber ? Il est mignon, il est sympa, plutôt bien bâti. mais elle n’avait pas prévu de succomber à ses charmes ce soir la.

Elle résiste tant qu’elle peut mais le laisse l’embrasser. Elle ose une tentative. Elle cherche à retirer ses mains qui se font de plus en plus pressantes sur son intimité.

Il lui attrape les mains et s’impose. Il est fort, viril, dominant. Il cherche à la faire plier, à la mettre à ses pieds. Elle continue de résister, mais sa manière à lui de la contrôler, de la soumettre à lui, l’excite bien plus qu’elle ne pense l’être et elle finit par se laisser aller.

Son coeur bat à 100 à l’heure. A présent elle le désire. Elle le désire trés fort. Elle sent ses mains, ses gestes ne sont pas du tout approximatifs, il sait ce qu’il fait, il le fait bien. Elle succombe.

Le jeune Marlon est viril, trés gâté par la nature. Il dégage quelque chose. Elle est en feu. Il la tient. Elle est à lui. Elle le veut. Elle veut le sentir en elle. Elle veut sentir ses mains la dominer. La caresser. La faire crier.

Il la renverse alors sur le canapé et la prend en missionnaire comme pour la soumettre, lui tenant les mains, sans qu’elle puisse se débattre … Pourquoi se débattre ? Elle n’en peut plus. Elle abdique. Elle se laisse aller, elle a chaud, son entre-jambe sue d’excitation… Son coeur va lacher. Elle ne veut pas que ça s’arrête. Elle en veut encore.

Et puis il la retourne. Bestial, animal, il la prend en levrette. A bout de force, elle le sent entrer et ressortir en elle, il est violent et doux à la fois. Il lui agrippe les hanches pour la garder à sa merci. Elle en peut plus. Elle crie de plaisir, de douleur, de désir. Elle a de plus en plus chaud, elle est bouillante. Elle agrippe alors les coussins du canapé comme elle peut et en met un dans sa bouche pour ne pas hurler …

sexe plan cul

Leurs ébats durèrent un long moment. Un long moment ou il l’a soumise, désirée. Après l’avoir prise comme ça pendant un long moment, il finit par se laisser aller lui aussi et jouit en elle dans un râle aussi viril que furent leurs ébats.

Ce soir la, elle s’est sentie dominée, femme, elle a aimé se laisser aller, elle a aimé qu’il la fasse plier, qu’il la fasse languir, résister et frissonner … Elle a adoré sa virilité, son coté bestial, animal.

Et puis il est parti. Avant qu’il ne passe la porte, elle l’attrapa par la taille et le serra fort dans ses bras en lui disant merci. Il n’a pas bougé, étonné et surpris.

Il lui promit un message le lendemain et tenu promesse.

Rendez-vous sur Hellocoton !

9 thoughts on “Récit érotique – Ephémère

  1. PFFFFFFF! mon coeur bat, je suis toute essoufflée. Ça me rappelle des souvenirs, souvenirs de solitude, d’insomnies, de risques. Un plan cul qui a abouti sur une belle et durable amitié <3

  2. Sur le fond, c’est un texte très agréable à lire. Simple, sans fioritures, sans chichis sans pour autant être dépourvu d’une certaine profondeur, en ce sens où, dans un texte assez court, tu as réussi à camper deux personnages, à les développer suffisamment pour leur donner un relief intéressant et à faire en sorte qu’on puisse se les « représenter ». La narratrice, femme un peu perdue, un peu cassée, est consciente cela dit des risques, ce qui est extrêmement réaliste. Elle trouve cependant en Marlon non seulement un amant mais en plus une oreille attentive, celle d’un ami. Quant à lui, tu exprimes ses motivations de façon concises tout en le pourvoyant d’une caractéristique relativement contraire au cliché des messieurs du genre : il cherche le sexe, certes. Mais il prend aussi le temps d’écouter. Ce n’est pas un mauvais bougre. Ce n’est pas un de ces mecs qui entrent chez toi, soulèvent ta jupe, font leur petite affaire, merci, au revoir. En ce sens, ton personnage est sympathique, et pas seulement parce qu’il tient sa promesse à la fin.

    Sur la forme, tu as un joli style. C’est simple. C’est clair. Ce n’est pas niais ni chirurgical, ni vulgaire. On sait ce qu’ils font mais tu nous épargnes la description de l’engin de Monsieur (à part le fait qu’il ait de belles proportions, huhuhu) et de l’intimité de la dame, à part qu’elle est excitée mais c’est normal en soi. Par contre, fais attention à la concordance des temps. Tu navigues allègrement entre les systèmes passé et présent, c’est un peu perturbant. Oh, et tu as une bonne orthographe aussi, et une mignonne petite syntaxe.

    Des comme ça, tu nous en écris quand tu veux !

    Bon lundi, miss Bountynette !

    1. Merci pour ton avis très enrichissant. Je suis consciente pour mes temps. C’est un peu ma bête noire mais avec l’expérience de l’écriture ça viendra. Merci d’avoir pris le temps de commenter. 🙂

  3. A part les soucis de temps, je préfère que tu reste au présent, c’est plus rytmé, sinon c’est très chouette.
    Les mots levrette et missionnaire, enlève un peu de plaisir de lire car je pense que ça aurait été chouette « il la couche sur le dos pour la dominer… la retourne et la prend par derrière comme un animal » ou un truc du style =)

    Pas mal, ça m’a parlé et je me sens un peu émoustillée hi hi !
    ça m’a rappelé une bêtise que j’ai faite et que je regrette (dommage) cette sensation de se lancer dans le vide en faisant un truc très con et dangereux mais en ne s’en souciant pas du tout =)

    Malheureusement les conséquences sont souvent là derrière, je paie le prix de ma trahison( car c’est ça ma connerie) chaque jour depuis un an…

    Bisous

    1. Merci je tacherai de prendre tes remarques en compte pour le prochain !
      Oui malheureusement parfois il y a des conséquences … mais parfois il faut pas trop regretter non plus. C’est le jeu ! Bisous

Laissez moi un commentaire !