Tatouage : il ne faut jamais dire jamais

Kat-Von-D-la-ink-23

Pendant toute mon enfance et une grosse partie de mon adolescence, je n’ai pas cessé d’entendre mon père parler de tatouage, comme quoi ça ne se faisait pas à la lègère, que c’était à vie, qu’il fallait des années pour penser et réaliser un tatouage, que c’est indélébile etc. La rencontre lorsque j’avais 15 ans avec la femme d’un de ses collègues a finit de parfaire cette drôle éducation. Cette femme, dont je n’oublierai jamais le visage s’était fait retirer un tatouage et ça avait mal tourné. La marque était moche, comme un grosse brulure. Elle aussi indélébile.

Je n’ai jamais trop été attirée par les tatouages, mon père pourtant tatoué et ses directives aidant peut être, j’ai toujours dit que c’était pas pour moi.

Et puis j’ai rencontré Mon geek. Il faut savoir que mon geek est tatoué. Un tatouage tout classique certes mais qu’il a dessiné lui-même. Et je sais pas pourquoi, son tatouage me fascine. J’aime le relief, j’aime la texture de sa peau. Et puis je trouve que ça lui donne un petit coté unique, une sorte de signe distinctif. Je pourrais rester des heures à lui caresser le bras et à caresser le contour de son tatouage. J’adore !

En 4 ans et demi, ma vision des choses a largement changé. Déja, ma personnalité ayant changé,  je m’assume beaucoup plus aujourd’hui qu’auparavant. J’assume le regard des autres et j’aime cultiver la différence, ce qui ferait mon petit grain de folie, ce qui fait que je suis moi.

Mon amour pour le burlesque et les pin-up m’a tout doucement tourné vers cette culture. Petit à petit j’ai découvert qu’un tatouage c’était aussi esthétique sur une femme. Que ça pouvait rajouter un charme, un quelque chose. Un autre moyen de montrer que l’on s’assume.

Tatouage-femme-1

Avec mon geek, on a commencé à s’en faire un centre intérêt commun. Lui fan de pin-up, il aimerait aussi se refaire tatouer. Et puis il y a eu les émissions sur la TNT, Miami Ink, LA Ink etc … Pendant des mois, c’était notre rendez vous quotidien pendant le diner. Dans ces émissions, les tatouages racontent une histoire.

Et puis un jour, l’idée de me faire tatouer a fait son petit bonhomme de chemin. D’une idée c’est devenue un besoin. Un besoin de porter la trace indélébile de mon histoire sur ma peau. Un besoin de porter le souvenir de ma fille avec moi ou que je sois. Un besoin de l’avoir dans la peau.

Pendant des mois j’ai réfléchis à son dessin, à son emplacement. J’ai pesé les conséquences, les inconvénients. Je me suis préparée à ce moment.

Aujourd’hui, je suis prête. Mon futur premier tatouage est dessiné. C’est mon homme qui l’a dessiné pour moi. Je sais exactement ou je le veux.

Le prochain pas sera de pousser la porte d’un salon de tatouage, et de prendre rdv. Bien sur je suis consciente que cela va encore prendre du temps mais je suis prête…. et sans nul doute que je ne m’arrêterai pas la !!

Rendez-vous sur Hellocoton !

13 thoughts on “Tatouage : il ne faut jamais dire jamais

  1. je me suis lancée en allant chez un artiste réputé, tellement artiste le mec qu’il n’en a fait qu’a sa tête ignorant mon dessin et posant ses propres images, j’ai choisi ce qu’il m’a tatoué bien sûr mais ce n’était pas mon désir profond, juste un choix d’image sur une encyclopédie.
    Le tatouage est beau mais il ne représente rien d’autre qu’un dessin sur ma peau.
    Mon Loup m’a tatouée des trucs un peu tordus parce qu’il n’est pas tatoueur et qu’il n’est pas fortiche en dessin mais ces lignes tremblotantes n’ont pas de prix, c’est moi, c’est lui ♥
    bisous ma belle et fais attention, c’est hyper addictif =)

    1. On m’a beaucoup conseillée donc t’en fais pas je le regretterai pas !
      Et pis j’ai pas envie d’arrêter au premier …. 😛

  2. Ouiiii une tatouée de plus !!!!
    Mais c’est vrai que c’est très addictif, un petit par ci, puis oh on peut le continuer par là et ohhh la aussi…
    Bref j’ai le dos entier tatoué, et je me sens enfin moi, complète, à l’image de ce que j’ai vécu… Donc vas y fonce !!!

    1. Arrête, je pense déja à mon deuxième tatoo alors que j’ai pas encore fait le premier ….
      C’est grave docteur ? 😀

  3. Attirée depuis mon enfance par mes tatouages, un monsieur qui n’aime pas, mais un fichu caractère qui veut bien faire des concessions mais pas non plus m arrêter de vivre, donc y à 6/7 ans j’ai mis sur la table une proposition : nouveau piercing (à la lèvre) ou un tatouage (qui devrait être le 1er de 2), il a préféré tatouage, ahahahahha aussitôt dit quasi aussitôt fait (dessin fait depuis des lustres, il prenait la poussiére à force d attendre, et tatoueur choisi aussi)

    1. Aaah crotte mon message n y est pas en entier….
      Suite :
      Puis 1 an 1/2 plutard je craque je fais le fameux 2e (censé être le dernier) je prend un nouveau tatoueur, a coté de chez moi, bonne réputation, et m a fait un prix car je suis la copine de… , et bien déçu il a mal orienté mon dessin donc ca perd de son sens, je le regarde et je vois juste un machin posé sur mon pied

      1. Bon décidément mon histoire est trop longue…. bref je rajoute la dernière partie et après j arrete le harcèlement : dessin respecté pas moche mais juste un poil déçu… mais pas grave encore une fois merci a ma maman pour ce kdo et a ma copine qui me l avait retravaillé. Les années s’écoulent puis lors de mon enterrement de vie de jeune fille, surpriiiiiseee, avec leur tout petit budgets elles m’ont offert le plus beau (celui de l’amitié et celui du cœur car mes enfants sont a jamais gravé

  4. ça fait des années que j’y pensais aussi a un tatoo. Je suis passée a l’acte ce été, avec le stress d’être raté mais ça va mon poignet est joliement orné.
    Je pense au 2 eme aussi, faut que j’économise pour me l’offrir.

Laissez moi un commentaire !