Mes secrets

Ma vie, mon chantier, les dernières news

Ça fait bien longtemps que je ne suis pas venue publier ici. Ma vie a été mouvementée ces dernières semaines pour ne pas dire compliquée. Comme d’habitude, lorsque quelque chose me tombe dessus, je cumule. Et pour le coup, j’ai encore pas mal morflé. Heureusement, comme il y a 8 ans, après la pluie le beau temps, je vois enfin peut être le bout du tunnel.

Une épreuve de plus, mais sans elle

Il y a un mois et 5 jours, j’ai perdu ma maman. J’avais écrit un article quelques jours avant son décès que je n’avais jamais publié, par manque de temps, et puis parce que ma vie était compliquée à cet instant précis. A ce moment la, j’étais dans une semaine de réflexions par rapport à tout ce que je vivais. Étais-je prête à ce que mon mariage ne s’arrête, et surtout, je devais mettre tout ça entre parenthèse quelques semaines car ma maman n’allait pas bien. La fameuse boite de pandore dont je parle dans cet article a finit par s’ouvrir, relâchant toutes mes émotions d’un coup. Pendant une semaine, j’ai beaucoup pleuré, constatant tous les jours que ma maman allait pas bien et qu’elle n’était plus la telle que je la connaissais. Elle perdait de son indépendance, ne parlait plus, et son état ne laissait plus présager de bon pour la suite.

Le dimanche 3 septembre suivant, alors que nous étions en pleine répétition de théâtre avec ma sœur, mon téléphone a sonné. C’était mon père, qui nous annonçait qu’il était temps de venir lui dire aurevoir une dernière fois. Je me souviendrai toute ma vie de cette journée ou le temps s’est suspendu. J’ai beaucoup pleuré. Les vannes étaient ouvertes, il fallait que ça sorte. Parallèlement, alors que Steven était venu me rejoindre pour me soutenir dans ce moment difficile, il s’est mis en tête de vouloir aussi faire le point sur notre mariage.

Bien que ce soit pas le moment, car j’étais en train de dire aurevoir à ma maman, il a insisté pour avoir cette discussion, qui a finit par confirmer notre rupture. Une heure plus tard, un nouveau coup de téléphone m’annonçait que tout était fini. Ma maman était partie pour de bon. Il me faudrait être forte pour affronter cette nouvelle épreuve de ma vie, et ironie du sort, sans elle.

La semaine qui a suivi fut aussi dure que vous pouvez l’imaginer. Le temps suspendu, j’ai passé ces quelques jours avec ma famille, me sentant pourtant très seule. Car ce fut aussi la sa dernière erreur, et que je ne lui pardonnerai jamais, Steven n’a pas été la. Aucun appel, aucun message, il ne m’a pas soutenue un instant pendant toute la semaine. Il a cumulé les maladresses, a fait les mauvais choix, sans d’ailleurs comprendre qu’il agissait comme un véritable connard, me reprochant un jour de l’avoir laissé manger seul un soir, et l’autre d’être partie le week end dans les Vosges pour me changer les idées avec mes copines.

Les semaines suivantes n’ont pas été facile, lorsqu’il a fallu soutenir mon papa, désormais seul, et l’aider à organiser un peu les affaires de Maman. Entre temps, nous avons déposé notre préavis en vue de notre séparation, et j’ai obtenu l’acceptation par mes patrons de ma reprise à plein temps, au nouveau poste d’Assistante comptable.

J’ai entrepris par la suite mes recherches d’appartement, en vue de mon changement de vie. A nouveau, comme il y a 8 ans, j’ai ressenti un changement profond s’opérer dans ma vie. Nouveau départ, nouveau « job », nouveaux deuils à faire. Des semaines pas facile, dans mon couple en miette, des jours + et des jours -. Steven, fidèle à lui même, s’est retrouvé une copine, passant par la même à autre chose.

A l’aube de ma nouvelle vie, alors que j’ouvre les yeux sur le gros chantier qu’il y a autour de moi, j’ai des regrets. Et je n’aime pas ça les regrets. Je regrette d’avoir fait les mauvais choix. Ai-je finalement été égoïste comme Steven me l’a reproché récemment ? Et si nous n’avions jamais fait de libertinage, et si j’avais tenté de sauver mon mariage avant ? Je me sens responsable de tout ce beau bordel et j’avoue que je le vis pas forcément toujours bien.

Il y a encore un peu de chemin avant d’arriver enfin à passer à la suite….

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 Comments

  • Ginie

    Oh dur d’encaisser tout ça d’un coup je crois que je me serais effondrée à ta place… Il n’y a aucun mal à pleurer ni à demander de l’aide… mais ta vie à toi doit continuer… sans elle, sans lui mais aussi sans cet amant !! Courage !!!

    • Bountynette

      Ironiquement, je ne demande pas d’aide car je sais pertinemment ce que les gens me diraient. Je me sens responsable de l’echec de mon mariage et il n’y pas beaucoup de raisons valables de rester avec mon amant. Je crois que j’ai peur de me retrouver seule et ces derniers temps il est tout le temps avec moi, que ce soit par message, par tel ou lorsque nous nous voyons. Mais je sais bien qu’un jour il faudra que j’avance et la ça risque de faire un peu plus mal mais je suis pas encore pas prête. Merci pour ton passage

Laissez moi un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :